Nos actualités

BORFLEX participe au projet VALUE RUBBER

BORFLEX participe au projet VALUE RUBBER

La commission européenne a accordé un financement à un projet d’étude présenté par 5 entités européennes, dont BORFLEX.

Le sujet : « technologie de recyclage en vue d’introduire du caoutchouc provenant de pneumatiques en fin de vie dans les lignes de production, en substitution de caoutchouc neuf ».

Le projet a démarré officiellement le 1er septembre et s’étalera sur 2 ans.

L’université de Carthagène, la société Synthélast (tous deux espagnols) et la société Dymotec se chargeront de construire un atelier-pilote de dévulcanisation.

Borflex se chargera de l’étude de formulations incluant le dévulcanisé, de l’étude de production de pièces, et de la recherche de marchés.

Le centre technique espagnol CETEC coordonne le projet et apporte son expertise scientifique et technique.

Nous comptons sur les savoir-faire du Groupe pour contribuer efficacement au projet ; nous en attendons à terme de nouvelles sources d’approvisionnement et de nouvelles opportunités de marchés.

Pour en savoir plus : https://valuerubber.eu

Salon K 2019

Salon K 2019

BORFLEX était présent au salon K, du 16 au 23 octobre 2019 à Düsseldorf (Allemagne).

Vous pouviez nous retrouver Hall 5 / D04-15 !

Pour en savoir plus : https://k-traidefair.com

Ils parlent de nous : Courrier Picard

Ils parlent de nous : Courrier Picard

BORFLEX met le caoutchouc dans tous ses états
Mars 2019

« Une PME française qui rachète une entreprise suisse, c’est tout sauf courant… C’est pourtant bien ce qu’a fait la société Borflex installée à Hermes dans l’Oise. Spécialisée dans le caoutchouc et les synthétiques, Borflex s’est taillé une solide réputation dans des secteurs aussi divers que l’automobile, l’armement, le bâtiment où les équipements industriels. Mais le secteur ferroviaire occupe une place à part. « Même si aucune de nos activités ne dépasse 20 % de notre chiffre d’affaires, le secteur du transport reste pour nous stratégique », indique Thierry Germe, technico-commercial. »

Si vous souhaitez lire l’article en intégralité, cliquez ici