Ils parlent de nous : Le Courrier Picard

LE COURRIER PICARD : Olivier Quintin, roi du caoutchouc
Publié le 23 mars 2015 par Denis Girette

Il a installé à Hermes, le siège social de son groupe Borflex, leader en France de la pièce technique de caoutchouc.

Olivier Quintin, 51 ans, a créé son groupe, dont il est actionnaire à 90 %, par croissance externe.

Olivier Quintin, 51 ans, préside le groupe Borflex, leader en France de la pièce technique en caoutchouc. Il est actionnaire à 90 % de cette société qui emploie 200 personnes dans huit sites en France, dont 47 à Hermes, le siège social.

Dans l’univers du caoutchouc, on distingue le pneu, objet de grandes séries, et la pièce technique, le règne des PME. «  Borflex fait de l’épicerie fine. On travaille à la demande pour de très nombreux secteurs de l’industrie, de l’aéronautique à la défense, de l’imprimerie à l’énergie, de l’emballage à l’agroalimentaire. Nous avons 3000 clients, le plus important, la SNCF, représente 5 % de notre chiffre d’affaires », explique Olivier Quintin.

Le groupe a réalisé 20 millions en 2014. Ses huit sites intègrent deux laboratoires de recherche et développement et quatre bureaux d’études. Il n’en faut pas moins pour réaliser toutes sortes de rondelles, de joints, de pièces moulées sur mesure, de revêtements de pièces, des profils d’étanchéité pour des rames SNCF, pour des écluses… la liste est infinie.

Pas moins de cinq « deviseurs » sont d’ailleurs employées dans ce groupe certifié Iso. Ils éditent des devis gratuits et en grand nombre parce que Borflex travaille à la demande. C’est une industrie «  de petites séries à forte valeur ajoutée », résume Olivier Quintin.

Il achète son premier
atelier à 23 ans

Il avait 23 ans lorsqu’il a acheté, en 1987, sa première entreprise à la barre du tribunal de Rouen, Borflex. Les rachats se succèdent à Cherbourg (1996), Lyon (1999), Saint-Projet (Tarn-et-Garonne, 2003), Corvol (Nièvre, 2007) et dernier en date, à Hermes (2010). Ce dernier site n’est pas vraiment inconnu chez les Quintin, le père d’Olivier y a fait carrière !

Borflex s’est donc développé par croissance externe. Cette stratégie a «  permis de grossir vite et de conquérir de nouveaux marchés ». Olivier Quintin demeure en « veille » pour de futures acquisitions. Son deuxième axe de développement est international : « On est acteur de référence en France. On veut le devenir en Europe. Le but est de passer de 20 % d’exportation à 50 % » assure-t-il.

L’univers flexible du caoutchouc

La production du latex, le caoutchouc naturel, issue de l’Hévéa brasiliensis en Amazonie, se concentre aujourd’hui en Asie. Ses cours sont fixés à la bourse de Singapour. Cette production représente environ 60 % de la consommation mondiale annuelle, le reste étant dévolu au caoutchouc synthétique (issu du pétrole) dont la synthèse est établie au début du XXe  siècle. Près des deux tiers de la production mondiale de caoutchouc est consommée sous forme de pneus, le reste sous forme de pièces techniques. Dans ces deux domaines,

La France compte deux leaders mondiaux, Michelin pour le pneu et Hutchinson pour la pièce technique. (Hutchinson, filiale de Total, est propriétaire des éponges Spontex à Beauvais.) La France compte environ 200 entreprises dans la filière caoutchouc. La moitié travaille pour le secteur automobile, sur des séries longues. L’autre moitié travaille pour l’industrie : le groupe Borflex est leader en France sur ce segment où règnent des fabrications de petites séries à forte valeur ajoutée.

picto-en-savoir-plus http://www.courrier-picard.fr/region/hermes-60-olivier-quintin-roi-du-caoutchouc-ia186b0n539791